Ne plus prier – Bénir!

synago

Pour le juif, tout commence par le fait d’Être, avant même sa naissance. Il n’est même pas la peine de penser, pour que celui-ci soit. De la même manière il peut échapper au concept d’«Être jeté» dans un champ d’être, comme un champignon au milieu d’une forêt, jeté dans l’absurde.

Raison pour laquelle le rôle des parents est fondamental, et que la mitswa d’être parents figure à la charnière de toute mitswot, car à travers le lien établi entre ce qui me précède, avec mes géniteurs -par ma naissance- je perçois le lien avec Celui qui fait Être.  Le problème de Sartre, et à certains égards aussi celui de Levinas, c’est qu’ils coupent ce qu’il y a de positif dans ce lien. Car ils conçoivent l’existence non plus comme un don positif, une chaîne de liens qui m’appelle à quelque chose ; non plus comme une parole qui s’adresse à moi mais comme un poids fatal impersonnel et absurde qui condamne toujours au tragique. Tragique qui s’entend à trouver où à donner du sens à la vie. Mais trouver ou donner du sens à sa vie n’a aucun sens car un sens ne se donne pas, mais se reçoit.

Pour lire la suite, cliquer ici.

Par Haim Salfati & Simon Olivier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s