Michna Avot 2,2 — 2e partie

Rabban Gamliel avance qu’étant entendu qu’il ne faut plus éprouver le dérekh érets comme une contrainte, il faut néanmoins en éprouver la fatigue. Il faut travailler, aimer le travail pour la fatigue qu’il apporte et il faut que cette fatigue éprouvée au travail accompagne celle de l’étude, bien que les deux activités ne soient pas simultanées. Quand j’éprouve la peine à subsister comme intellect et comme corps, j’évite la faute. Je faute dès que je n’éprouve plus la peine à exister, que je fais preuve de suffisance. >>> pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s