De la crainte de la faute et du travail sur soi

Cours de René LÉVY sur le traité Avot § 2,6 – 1re séance

Hillel déclare qu’un homme fruste, parce qu’il ne travaille pas son propre sol dur et sec, ne craint pas de faillir. L’homme craint donc d’autant plus de faillir qu’il se travaille davantage. Si donc l’homme craint la faute, c’est qu’elle signifie moins la coulpe que la faillite. Cette crainte de mal faire ne naît que dans les esprits au travail. >>> pdf

Participer au financement des vidéos de Avot

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s