Michna 1,17 — 2/2

Chimon n’a rien trouvé de mieux pour le corps que le silence. Ce silence ne consiste pas à cacher une pensée. Il s’agit d’un silence plein dont la pensée excède son expression. Ce silence-ci est de nature à laisser la pensée agir sur le corps par dedans et à former l’intériorité de l’homme. En pleine crise pharisienne et à l’époque des prédications pauliniennes, Chimon exhorte à ne pas voir dans le corps un lieu d’opacité. >>> pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s