3 réflexions au sujet de « Pirqé Avot – Chap.3, Michna 16 – 3e séance »

  1. Que l’absence de jugement dernier dans la Bible fut un scandale me semble une imagination issue de la bonne volonté nietzschéenne de l’orateur. Si je me souviens bien de mes lectures (Poliakov, Reinach…) ce qui faisait scandale, c’était plutôt le shabbat (Sénèque), le refus de manger du porc et de partager le repas des païens et le refus de sacrifier à l’empereur. Par ailleurs l’orateur me semble extraordinairement exagérer l’importance du jugement dernier dans la culture gréco-latine. Et puis voir Philon: l’idée d’un jugement des morts ne devait pas sembler incompatible avec la Bible, pour ceux qui s’y intéressait alors.

    • Cher Cercamon,
      Primo, ne pas confondre objet de scandale et objet de mépris : le Chabat, la circoncision étaient regardés comme des lois (écrites) qui tenaient les Juifs à l’écart des nations (hors de l’histoire, dirait Hegel). Reinach lui-même, dans une lettre fameuse qu’il a publiée dans l’Univers Israélite, appelle les Juifs à renoncer au Chabat et à la circoncision qui empêchent les Israélites d’« intégrer » pleinement la vie nationale. Je n’en référerais donc pas à Reinach. Quant à l’absence d’évocation de « l’au delà » dans la littérature prophétique, dans une antiquité hantée par la mort, eût été proprement scandaleuse, si on l’avait lue. La première traduction de la Bible en grec remonte au 3e siècle avant l’ère commune, quand la doctrine pharisienne avait déjà « incorporé » la doctrine platonicienne de l’immortalité de l’âme (dont les traces sont innombrables dans le Midrach). Ce que je note comme un fait remarquable, c’est cette absence d’évocation de « l’au delà » chez les prophètes. Je n’en tire pour l’instant aucune conclusion, je me borne à ce constat.
      Secundo, Philon est la preuve la plus éclatante d’un syncrétisme hebreo-platonicien dans le judaïsme du premier siècle.
      Secunda secundae : l’importance du jugement dernier est si considérable que Platon en a fait le mythe final de la République. Toute la religion, comme réponse au tragique de l’histoire, repose dessus (voir ma Divine insouciance)
      Tertio, je prends comme un honneur, et non comme une insulte, d’être qualifié de nietzschéen.
      Bien à vous,
      René Lévy.

  2. Cher René Lévy,
    d’abord, merci d’avoir pris la peine de répondre à mon commentaire.
    Permettez-moi quelques remarques en commentaire à votre réponse.
    3o, malgré ce qui pouvait sembler de l’ironie (et je m’en excuse) « nietzschéen » n’était pas pensé comme une insulte, plutôt comme un constat. Il est vrai que ce n’est pas non plus pour moi, qui cependant revient régulièrement vers N. depuis la fin de mon adolescence, un honneur.
    2o, je ne référais à Reinach que comme l’auteur érudit de  »Textes d’auteurs grecs et romains relatifs au judaïsme » (et donc aux auteurs qu’il a recueillis), non comme une autorité politique.
    1o, objet de scandale ou de mépris: difficile souvent de distinguer et de décider. Si je prends scandale au sens de pierre d’achoppement, alors il me semble bien que les juifs / le judaïsme aient été objets de scandale pour une grande partie de l’intelligentsia païenne, de scandale et de mépris sans doute mais le plus grand scandale ne fut-il pas de persister en dépit du mépris? En d’autres termes si les juifs scandalisaient les païens, c’étaient moins à cause de la présence ou de l’absence d’une théorie, comme le jugement des morts, que du fait de leurs pratiques.
    Sur ce dernier / premier point il y aurait encore beaucoup à dire mais je ne veux pas abuser de votre temps.
    Bien à vous,
    Michel Roland-Guill

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s